Lumière sur : Le vocabulaire technique d’archéologie français-anglais


La rédaction d’articles dans une langue étrangère ou la préparation d’une traduction peuvent être un exercice complexe, surtout sans les bons outils. Le Vocabulaire technique d’archéologie propose plus de 3000 termes, en français et en anglais, relevant de la Préhistoire et la Protohistoire de l’Europe occidentale.  Pensé pour être le plus pratique d’utilisation possible avec ses onglets thématiques, ses définitions et ses figures récapitulatives, il permet aux étudiants, aux professionnels ou aux curieux de la discipline archéologique de trouver en un clin d’œil tous les éléments dont ils ont besoin.


Retour sur ce projet avec Patrick Le Cadre, son auteur.


- Quel est votre parcours scientifique ? Pourquoi cette passion de la préhistoire ?

J'ai commencé très jeune à m'intéresser à la préhistoire. Sans doute en visitant les mégalithes de la région de Carnac et la grotte de Lascaux. Puis, en 1962, une importante exposition à Nantes attira ma curiosité et m'enthousiasma au point que j'ai adhéré aussitôt à l'association organisatrice, et que les mois suivants je donnai mon premier coup de truelle sur un chantier archéologique.

Par la suite, j'ai eu la chance de fouiller avec le Professeur Henri Delporte, éminent paléolithicien, à La Ferrassie et à Brassempouy, et avec le Professeur Jean L'Helgouac'h à Locmariaquer. Avec de tels maîtres, comment ne pas être passionné par les recherches ! Les discussions avec des collègues fouilleurs, français et étrangers, n'ont fait que renforcer cette passion pour la préhistoire. J'ai présidé la Société Nantaise de Préhistoire pendant une quinzaine d'années, ce qui m'a permis d'établir de nombreux contacts avec des chercheurs. Membre de plusieurs associations scientifiques, j'ai publié plusieurs articles, initié quelques expositions et participé à diverses prospections, particulièrement en région nantaise. Cinquante ans après, le virus ne m'a toujours pas quitté. L'histoire humaine continue de m'interroger...

- Comment avez-vous eu l'idée d'écrire un tel ouvrage ?

A vrai dire, l'idée de publier ne s'est pas imposée, elle n'est venue que tardivement.

Au départ, dans les textes anglais, je notais simplement les mots qui me posaient des problèmes de compréhension. Puis, au fil des années, au cours de mes lectures, visites de musées ou d'expositions, participation à des colloques, j'ai dressé plus systématiquement une liste de mots "techniques" relatifs à la préhistoire, largo sensu. Cette liste s'étoffait donc et alignait bientôt plus d'un millier de mots. C'est alors que j'ai pensé que ce travail initialement à usage personnel pourrait être utile à d'autres.

J'en ai parlé avec un ami préhistorien, qui m'a suggéré de poursuivre ce glossaire pour envisager une publication. Le projet était né.

- Combien de temps vous a-t-il fallu pour rassembler les 3000 références et les traduire ?

Il est difficile de préciser le temps exact consacré à cet ouvrage, car j'y ai travaillé de façon irrégulière. A partir du moment où j'ai repris systématiquement les thématiques (outillage, ostéologie, environnement...) et cherché les traductions les plus précises en dépouillant de nombreuses revues, j'estime que cette phase de préparation a nécessité environ deux années.

- Comment avez-vous traduit ces termes ?

Chasseur-cueilleur de mots, j'ai, en partie, puisé mes sources dans les résumés en anglais d'articles parus en France (dans les bulletins de la Société Préhistorique Française notamment), dans les actes de colloques et dans des revues scientifiques de langue anglaise. La traduction n'a pas toujours été évidente, car je n'avais pas toujours en parallèle la traduction des mots relevés dans les textes ! Lorsqu'un doute subsistait, j'ai préféré écarter le mot pour éviter d'introduire une erreur. Plusieurs relectures ont été faites avec des anglophones et par un préhistorien, ce qui a permis d'ultimes corrections.

- Voudriez-vous élaborer un autre ouvrage de ce type ? autre période, autre langue, autre région ?

Je n'ai pas de compétences suffisantes pour aborder une publication dans d'autres langues. Même si je porte un intérêt à d'autres périodes que la préhistoire, je pense raisonnable de rester dans le domaine que je connais le mieux. Toutefois, je pense avoir recueilli un "vocabulaire de préhistoire" suffisamment étendu pour qu'il puisse être utilisé par d'autres auteurs, dans d'autres langues.



Et bientôt disponible : le Vocabulaire technique d'archéologie, français/italien t.1 Préhistoire & protohistoire européennes.


Vocabulaire technique d'archéologie Fr/Ang. T.1 Préhistoire & Protohistoire européennes

310 p., Collection : Thesaurus, 18.50€

ISBN : 979-10-96137-03-9

       NOTRE MAISON D'ÉDITION

 

éditions fedora

editions.fedora@gmail.com

   

Site fait par Céline Chapdelaine

       INFORMATIONS

       RÉSEAUX SOCIAUX